Projet de soutien scolaire

 Le soutien scolaire, un bon début pour développer le bénévolat, et apporter un soutien concret aux jeunes.

Nous voudrions lancer un club de soutien scolaire à Haapsalu. Nos estimations concerneraient environ 25 élèves de primaire et de début de collége, pour une quinzaine de lycéens ou étudiants volontaires pour l'expérience.

Nous recherchons partenaires de solidarité, pour financer les charges de ce club, soit environ 1500 €.

Le solde de subvention de 1500 € sert essentiellement à rembourser les frais de routes de certains jeunes éloignés pour ne pas les freiner dans leurs désirs de "redresser la barre ", payer les charges de la salle comme le chauffage, et acheter du matériel de bureau nécessaire au travail.
La location de salle, les charges diverses, les tables, chaises, tableaux,  les frais de route des deux bénévoles supervisant le club, sont pris en charge par la ville et nos partenaires actuels.

L'objectif est de mettre en relation des jeunes de lycée, dans une salle dédiée " hors écoles " , avec des jeunes élèves de primaire et des premières classes de collège. Cette salle ne sera pas placée dans un établissement scolaire, pour essayer de donner à ces échanges un caractère de "club d'échanges" et non pas d'un autre cours de rattrapage. Il existe en Estonie des cours de rattrapages, pour permettre aux élèves d'avoir des heures en petits groupes ou même en cours individuels. Le système est bien pensé. Toutefois, certains élèves " ne veulent pas " ou " doivent partir " ou " sont fatigués après la journée de classe ". Pour quelques éléments, ce sont de vraies excuses, liées à un contexte social, géographique ou familial.

Les buts sont la lutte contre l'exclusion scolaire, l''échec social lié, et toutes les valeurs défendues par cet acte militant d' "aider les autres ".
Mais justement, en Estonie, où le bénévolat n'est pas développé, où quelquefois les valeurs de solidarité et d'entraide ne sont pas toujours encouragées, "aider les autres et accepter de se faire aider " sera le fil rouge et le moteur de cette initiative. Se faire aider n'est pas bien vu ici, peut-être du fait de l'Histoire politique et religieuse. En 2017, il est temps d'essayer de faire passer le message que, oui, il n'y a pas de honte à se faire aider, et que, oui, ne pas être rémunéré pour un travail solidaire est possible.

L'idée est de constituer une équipe de jeunes, et à travers eux toucher plus de personnes, pour rassembler les bonnes volontés, les structurer - car il y a des volontaires, mais souvent seuls et démotivés - et ainsi travailler sur d'autres projets.

Le projet est prévu sur deux ans, sera évalué au final par les administrations locales, et, si il est avéré que c'est " une bonne chose ", sera intégré au suivi éducatif des enfants, et apporterait une qualification validante pour les jeunes de lycée, ce qui pourrait être une première ici.

Merci à vous si vous avez des idées, des propositions, ou des volontés de nous aider sur ce projet :)
Nous commencerions début octobre 2017.